Agent Commercial Immobilier

Deux qualités sont essentielles pour faire carrière dans le monde du commerce. D’abord, il importe d’être motivé puis d’être doté d’un bon sens des relations humaines. Différents prérequis académiques sont par ailleurs nécessaires à une personne pour conduire les négociations de divers contrats. Il peut s’agir d’une vente, de prestations de services… Un agent commercial doit également remplir certaines formalités pour l’exercice légal de sa fonction. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur cette profession libérale.

Qu’est-ce qu’un agent commercial ?

Un agent commercial désigne une personne indépendante dans l’exercice de son activité. Celle-ci consiste à la vente des produits et services d’une entreprise donnée. En fait, un agent commercial bénéficie d’un statut adapté à son titre et n’est pas soumis à un état salarial.

Encore appelé commercial indépendant, cet Homme de terrain peut être mandaté par plusieurs sociétés à la fois. Son action est clairement définie sur une zone géographique où il passe l’essentiel de son temps à prospecter et vendre les produits et services de ses mandants.

Le commercial peut intervenir dans de nombreux domaines à l’exception des suivants : l’assurance, la publicité, la banque et le voyage. Le secteur dans lequel on rencontre le plus les agents commerciaux est bien évidemment celui de l’immobilier.

Pourquoi travailler en tant qu’agent commercial ?

Dans le monde commercial, la motivation reste la principale source d’énergie. Habituellement, un agent commercial trouve sa motivation dans la rémunération perçue en cas de résultats et d’objectifs atteints. Néanmoins, l’argent n’est pas un intérêt suffisant. Il existe plusieurs critères motivants pour ces acteurs comme : la reconnaissance du travail fourni, les perspectives d’évolution, l’atteinte des objectifs, etc.

Sous l’expression : reconnaissance du travail, les commerciaux regroupent les points suivants : les relations avec la clientèle, les produits ou les services à commercialiser et la sécurité de l’emploi. La particularité chez un agent commercial demeure la flexibilité à passer d’un secteur d’intervention à un autre. Autrement dit, il adapte constamment sa technique de vente.

L’intérêt pour ce métier se situe dans son caractère évolutif. Il importe qu’une entreprise développe des produits spécifiques et en accord avec les réels besoins de sa clientèle si elle veut fidéliser celle-ci. Les agents commerciaux ont donc la responsabilité de s’informer des nouveautés afin d’être compétitifs sur le marché. Ils doivent mettre à jour leur stratégie de vente afin de réaliser le plus de ventes possible.

Avantages

Quand on exerce le métier commercial, il existe bien quelques avantages. Le premier d’entre eux réside dans la diversité du travail. Puisqu’il s’agit d’une profession qui exige le contact avec le client, l’agent commercial se rend dans différents environnements. Dans l’exercice de son métier, il peut voyager et vivre des expériences humaines diverses. Si vous aimez la liberté, ce métier est fait pour vous.

Inconvénients

En dépit des expériences humaines et des challenges qui forgent la personnalité d’un commercial, il existe quelques risques liés à ce métier. Le stress, le manque de temps pour soi sont des inconvénients non négligeables dans cette profession.

Comment devenir agent commercial ?

Pour devenir un agent commercial, il faut au moins être détenteur d’un baccalauréat. Sur le marché de l’emploi, les profils recherchés incluent un Bac ou mieux un Bac + 5 ans. Il y a quand même quelques diplômes techniques intermédiaires acceptés.

À titre d’exemple, une personne détenant un BTS commercial ou une licence professionnelle peut également devenir un agent commercial. Pour la vente de certains produits, il arrive que l’agent commercial suive des formations complémentaires. Ainsi, il serait capable de mieux se défendre sur le terrain.

Comment obtenir son immatriculation au registre spécial des agents commerciaux (RSAC) ?

L’inscription au registre spécial des agents commerciaux (RSAC) est une obligation pour toute personne morale ou physique qui désire exercer le métier d’agent commercial. Vous obtiendrez une immatriculation pour attester de votre inscription au RSAC.

Dans le cas d’une société commerciale, l’inscription au RSAC ne dispense pas des formalités administratives à remplir. Il s’agit par exemple de s’inscrire aussi au Registre des Bénéficiaires Effectifs (RBE) ou Registre du Commerce et des Sociétés (RCS), etc. Ces démarches sont à la fois obligatoires et légales.

En ce qui concerne l’inscription au RSAC, elle peut se faire en ligne sur le site officiel de l’Info greffe. Autrement, vous pouvez adresser un courrier au CFE. En plus du formulaire à remplir pour la demande d’immatriculation, il importe de joindre les pièces justificatives suivantes :

· Une copie du contrat d’agent commercial préalablement signé ;

· un certificat de non-condamnation (ceci concerne uniquement pour les personnes physiques) ;

· Une copie intégrale d’une pièce d’identité valide du dirigeant en cas de société commerciale ;

· Un certificat de mariage lorsque l’agent commercial est un collaborateur ;

· Une note rédigée par le conjoint marié sous le régime de la communauté prévoyant la saisie de biens communs en cas d’échecs à honorer les créances. Ce point concerne seulement les personnes physiques ;

· Un chèque adressé au greffe du tribunal de commerce pour régler les frais dus à l’inscription.

Pour obtenir un numéro d’immatriculation au RSAC, il faut se rapprocher du greffe pour connaître le montant. Celui-ci varie en fonction des localités.

Quelles sont les qualités et compétences nécessaires pour devenir un agent commercial ?

L’agent commercial doit avoir des qualités humaines intrinsèques. Il doit entre autres avoir le sens de la persuasion, être convaincant et téméraire. La polyvalence technique figure également parmi les atouts d’un bon agent commercial.

Il doit en effet non seulement maîtriser les spécificités des produits ou services qu’il vend, mais aussi disposer de certaines compétences. Celles-ci pourront s’avérer précieuses telles que la maîtrise de langues étrangères. L’agent commercial peut être amené à voyager.

Quelles sont les missions que vous pouvez réaliser en tant qu’agent commercial ?

La fonction principale d’un agent commercial est la vente des produits et services d’une marque ou d’une entreprise. Outre les nombreuses heures qu’il doit passer au téléphone, il passe également assez de temps sur les routes. Pour l’accomplissement des tâches à lui confier, il doit :

· Créer le contact avec les potentiels clients et les convaincre d’opter pour les produits proposés ;

· Démarcher l’offre afin de maximiser son chiffre d’affaires ;

· Fidéliser les clients pour asseoir la notoriété de l’entreprise ;

· Recueillir les avis des clients afin que l’entreprise améliore mieux ses services ;

· Présenter sous un meilleur jour les produits et les services de l’entreprise ;

· Transmettre les commandes aux différents fabricants pour répondre à temps aux demandes importantes ;

· Faire un compte rendu de son activité de façon régulière.

Quels sont les diplômes nécessaires pour devenir agent commercial ?

Il n’existe pas de diplôme unique pour devenir un agent commercial. En réalité, différentes filières peuvent déboucher sur ce métier. Il s’agit de toute formation qui permet d’acquérir les compétences nécessaires pour exercer le métier d’agent commercial. Ce dernier doit non seulement savoir vendre n’importe quel produit, mais aussi être en mesure de gérer comme il se doit le portefeuille de ses clients.

Cela dit, voici quelques diplômes pouvant ouvrir les portes de ce métier :

· Le BTS en négociation et numérisation de la relation client ;

· Le DUT technique de commercialisation ;

· Le BTS technico-commercial ;

· Le Bac + 5 années d’études de commerce.

Quel salaire et combien gagne un agent commercial ?

La notion de salaire n’est pas très appropriée lorsqu’on parle de commercial indépendant. Il faut comprendre que ce dernier n’a de chef que lui-même. Même dans le cas où il est mandaté par une entreprise, il n’existe aucun rapport de subordination entre les deux parties. D’ailleurs, l’agent fixe les modalités de mission ainsi que ses horaires.

Du fait du caractère indépendant de sa profession, il n’est donc pas évident de fixer le salaire d’un agent commercial. Sur un mois, un agent débutant touche une commission sur les activités rendues. Celle-ci peut approcher les 1500 à 2000 euros. On peut dire qu’au début de sa carrière, un commercial gagne autant qu’il conclut de vente.

Au fur et à mesure qu’il acquiert de l’expérience dans le secteur, il est possible pour un agent commercial de faire des gains annuels de près de 100 000 euros.

Outre les années d’expérience, le salaire est aussi influencé par le niveau d’étude de l’agent commercial. Pour un Bac + 5 ans, un candidat débutant peut connaître une rapide évolution professionnelle et une augmentation de ses revenus.

Au cours de sa carrière, la mission principale de l’agent immobilier s’articule autour de l’identification des produits qui apportent une plus-value à une clientèle et de la vente desdits articles au meilleur prix. Ainsi, il peut augmenter ses revenus. Pour toutes les professions libérales, l’État prélève des taxes d’impôts. Cela oblige le commercial indépendant à s’impliquer dans son travail pour gagner davantage.

En France, on situe le salaire médian mensuel entre 2000 et 3000 euros nets. En considérant les niveaux de salaires élevés, la moyenne par an serait entre 35 000 et 45 000 euros. Alors, le taux horaire équivaut à 15 ou 20 euros bruts.

La non-limitation salariale n’est pas le seul avantage dans la profession d’un agent commercial. Il peut jouir de certains gadgets dans le cadre de son travail. Parfois, il a droit à un téléphone, un ordinateur, une voiture de fonction, etc.

Quel régime social et fiscal pour l’agent commercial ?

Pour tout employé d’entreprise, il est normal d’être couvert par les régimes social et fiscal. La première disposition permet de financer la protection de la personne. Le régime social s’intéresse à l’assurance maladie de l’agent et de sa famille, à ses congés, les indemnités en cas d’arrêt de travail ou d’invalidité, etc.

Par ailleurs, le statut juridique concerne le type d’impôts que la société où l’agent commercial(e) devrait régler. Dans le cas du commercial indépendant, le régime social proposé est celui des travailleurs non salariés et non agricoles. Ce détail doit être mentionné lors de son inscription au RSAC.

Ainsi, il sera affilié aux régimes sociaux des indépendants. Un agent commercial doit également souscrire aux organismes traitant de la retraite et de la maladie.

Pour le régime fiscal, le commercial est soumis à l’impôt sur revenu. Ce type d’imposition correspond aux bénéfices non commerciaux (TVA). Le montant des charges sociales est déterminé à travers le régime d’imposition pour lequel opte l’agent.

En matière de régime fiscal, il existe deux choix. Le commercial peut opter pour l’IR, c’est-à-dire une imposition directe des bénéfices en son nom propre ou pour chaque collaborateur en cas de société. L’option IS suggère que les impôts soient directement appliqués aux bénéfices de l’entreprise elle-même.

Quel est le statut d’agent commercial ?

D’après le code du commerce, un agent est un mandataire professionnel à qui est confiée la gestion d’un patrimoine. Le commercial négocie et passe les contrats d’achat, de vente, de location, de fourniture de services au profit d’une ou plusieurs entreprises. Ces attributions sont clairement définies dans l’article L134-1 du Code de commerce.

De façon plus explicite, un agent commercial est un intermédiaire de commerce entre le détenteur d’un bien et un potentiel client qui souhaite entrer en possession de ce dernier. À l’opposé du salarié, le commercial n’est pas limité dans son domaine d’activité. Sa démarche est indépendante et sous un aspect juridique, il a la possibilité de représenter le client qu’il souhaite.

Agent commercial, quelle forme juridique choisir ?

Pour la pratique de son métier, un agent commercial a la liberté de choisir la forme juridique qui lui convient. Il peut travailler individuellement avec l’alternative des impôts sur revenu ou opter pour la création d’une autoentreprise ou peut-être encore exercer en mode société (EURL, SAS, SARL, SASU). Voici ce que désignent les précédents sigles :

· Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) ;

· Société par actions simplifiée à associé unique (SASU) ;

· Entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL) ;

· Société par actions simplifiée (SAS) ;

· Société à responsabilité limitée (SARL).

Toutes ces options lui donnent le choix d’être une personne morale ou physique. Il lui revient la responsabilité d’opter pour la forme juridique la plus adaptée. Pour y arriver, on recommande de penser un modèle économique et d’établir un budget prévisionnel. Vous devez aussi penser au régime social le plus convenable pour vous et à la fiscalité.

Il s’agit de détails importants qui peuvent impulser davantage votre activité si elles sont bien traitées. Plusieurs autres points sont à considérer. L’investissement au démarrage, le désir d’avoir des collaborateurs ou non, la mise en place d’une main d’œuvre sont autant de facteurs importants.

Pour décider de la meilleure forme juridique pour votre activité, vous pouvez vous faire accompagner d’un expert-comptable.

Conclusion

Un agent commercial convainc la partie cliente de signer une clause de location, de vente ou encore de fourniture de services. Les entreprises spécialisées dans l’immobilier, le textile, l’alimentation ou autres peuvent faire appel à une agence commerciale. Ce dernier utilise son réseau d’homologues pour réussir sa mission.

L’agent doit également compter sur ses aptitudes commerciales pour dénicher les clients et vendre les biens de son mandant. Un commercial indépendant n’est pas un salarié. Il est son propre chef d’entreprise.

En cas de mandat, il entretient un partenariat avec l’entreprise et non un salariat. Pour sa rémunération, il touche un certain pourcentage de ventes. Enfin, un agent commercial est soumis au régime social et fiscal en tant que travailleur indépendant.